Pages Menu
Categories Menu

Le temps des médailles et des «caves ouvertes»!

Cet été ravive l’intérêt pour le Japon, grâce aux Jeux olympiques, dans des stades privés de public… J’y suis allé, notamment à la rencontre du koshu, cépage blanc local et identitaire qui rappelle «notre» chasselas! Lire ici mon reportage. Et puis, l’été est propice à la lecture de ces romans qui évoquent des intrigues sur fond de vins et de… Chine. Et puis, on peut toujours aller à la découverte des caves romandes, genevoises (30 et 31 juillet), valaisannes (20 au 22 août) ou vaudoises (4 et 5 septembre). Et manger une dernière fois au Pont de Brent. Avant de goûter les premiers  «Escargot rouge» vaudois…

Ensuite, place, en septembre, à la 21ème Semaine suisse du Goût, parrainée par le chef genevois Philippe Chevrier, puisque Genève sera la «ville du goût»… quatre «artisanes du vin» ont préparé une cuvée ad hoc.

Les concours de vins internationaux ont livré des palmarès étonnants pour les vins suisses: aucune syrah primée à la confrontation qui leur est dédiée, et 12 médailles d’or uniquement à des vins blancs valaisans aux Vinalies internationales de Paris! A Luxembourg (vainqueur tessinois au Concours Mondial de Bruxelles) et à Londres (Decanter awards), deux concours où les envois sont pris en charge par Swiss Wine Promotion, le palmarès est plus éclectique.

Les sélections cantonales à Neuchâtel et à Genève ont elles aussi livré leur verdict. Et c’est un Genevois, Bertrand Favre, qui est sacré meilleur producteur de vin bio suisse 2021.

Parmi mes articles récents, ma visite chez Anne-Sophie Pic, à Valence (France), pour goûter une quarantaine de syrahs de Crozes-Hermitage: la cheffe triple étoilée Michelin aura droit à un nouveau restaurant au Beau-Rivage, à Lausanne, en 2022, alors qu’elle ouvre à Megève, dont le chef triplement étoilé, Emmanuel Renaut, sera l’inspirateur du nouveau restaurant d’Audemars-Piguet, au Brassus, dès le printemps prochain. Lire ma chronique chez mes amis du le blog les5duvin. Et puis, si vous allez au Tessin, ne manquez pas de goûter les vins blancs tirés de cépages souvent Piwi. Et j’ai rendu visite, du côté de Béziers, à La Colombette, le plus grand domaine de France, voire du monde, planté en cépages résistants… Si vous allez faire un tour au Tessin, goûtez les «nouveaux vins blancs» et pas seulement à cette hérésie œnologique qu’est le «merlot bianco»… Sans oublier des Piwis!

En attendant la parution du livre les «111 vins suisses à ne pas manquer», fin septembre,  l’éditrice et rédactrice en chef du Journal du Sommelier suisse, Yanna Delière, qui prépare elle aussi un livre sur les vins suisses et est venue me trouver à domicile, pour un entretien à bâtons rompus… qui a fait un joli buzz sur les réseaux sociaux! A la fin 2020, le magazine Terre & Nature m’avait consacré un portrait signé Véronique Zbinden, qui collabore, comme moi, à Hôtellerie & Gastronomie Hebdo.

Et continuez à boire des vins suisses: le millésime 2020 se confirme remarquable, mais contrasté! J’ai pu m’en convaincre dans un tour de Suisse, pour la préparation de mon livre «111 vins suisses à ne pas manquer». Et dont je tire, ici ou là, des reportages, comme sur le malbec, peut-être promis à un bel avenir, comme le merlot, qui vient de passer devant le gamay, au deuxième rang des cépages rouges suisses les plus plantés, derrière l’omniprésent pinot noir.

Bon été!

Pierre Thomas

©thomasvino.chtrusted journalist